pourkoijeveille

Un site non-officiel créé par des veilleurs et des sentinelles pour témoigner

Charte des Veilleurs Debout

Mots d’ordre : Immobile et pacifique, résistant et silencieux, mais toujours déterminé.

Pourquoi veiller debout ? 
Le veilleur debout dénonce le parti pris de la Justice aujourd’hui en France : elle n’est plus au service du bien commun et du peuple, mais mise au pas par le gouvernement.
Le veilleur debout dénonce la répression policière et les incarcérations abusives qui ont lieu à l’encontre de citoyens pour le seul motif qu’ils expriment leurs opinions.
Le veilleur debout dénonce l’injustice faite aux enfants à travers l’autorisation de l’adoption plénière, l’instauration future de la PMA, de la GPA et l’imposition de la théorie du genre qui est enseignée dès le plus jeune âge.
Le veilleur debout veut attirer l’attention des responsables politiques sur ces dérives aujourd’hui en France.
Le veilleur debout est ouvert et respecte la dignité de chacun. Il ne s’installe pas dans sa vérité, mais sait l’offrir et l’échanger paisiblement avec d’autres.
Le veilleur debout comprend et entretient la force qui l’amène à se tenir debout en résistance.
La force du veilleur debout ne réside pas dans le nombre. C’est un état de résistance personnel, un état d’esprit affiché publiquement, qui jamais ne trouble l’ordre public.
Le veilleur debout est autant un prolongement qu’une déclinaison du mouvement des veilleurs.
Le veilleur debout, s’il pose des actes concrets rapidement, comprend qu’il entre dans une démarche personnelle de long terme.
Le veilleur debout agit avec l’allégresse du résistant et comprend que son action ne se réalise pas dans la confrontation épique et euphorique contre les agents de police. Il faut aussi avoir le courage d’obéir aux ordres, quitte à revenir une fois la situation apaisée.

Comment participer ?
Le veilleur debout décide spontanément de passer un certain temps immobile et en silence devant des lieux symboliques (justice, pouvoir, médias…). Il formalise ainsi un acte de résistance personnel qui lui permet d’une part de réfléchir à son engagement et d’autre part de montrer au gouvernement son incompréhension face à l’injustice. De fait, il est aussi ouvert au dialogue avec les passants intrigués ou curieux.
Le veilleur debout ne porte pas de signe distinctif et ne fait pas de récupération, il comprend que chaque action est spontanée et que chacun est libre.
Le veilleur debout peut manifester son désaccord avec les forces de l’ordre lors des sommations, en restant silencieux, les mains derrière la tête. Il respecte les forces de l’ordre et ne tente pas d’action illicite. Comme rien ne doit lui être reproché, il ne perdra jamais son calme.
Il n’y a aucune organisation, chacun reste libre de veiller au lieu et le temps de son choix. Les comptes officiels Facebook et Twitter sont destinés à relayer, non à organiser.
Le veilleur debout ne manifeste pas, il attend. Il ne crie ni slogan ni n’entonne aucun chant. Lui et ceux qui l’entourent se tiennent dressés et regardent vers la même direction. Il n’attend pas le meilleur des mondes mais un monde meilleur. Un monde dans lequel le devoir de protéger le plus faible prime sur les droits des égoïstes. Un monde dans lequel on enseigne aux enfants l’amour et non le désir. Un monde dans lequel aucun ne pourra être emprisonné pour avoir osé exprimer un idéal. Si toi aussi, ami veilleur, tu rêves de ce monde, lève-toi et espère. Et surtout, ne laisse personne détruire tes rêves, jamais.

« La force qui nous anime est absolument irrépressible »