pourkoijeveille

Un site non-officiel créé par des veilleurs et des sentinelles pour témoigner

« J’ai laissé là mon patron, et mon client, et je les ai rejoints… »

Poster un commentaire

Qui êtes vous ? (tranche d’âge, activité, situation familiale, centres d’intérêts etc.)

Je suis Cylulle (pseudo), 35 ans, marié 4 enfants âgés de 1 an 1/2 à 9 ans 1/2, je suis catholique pratiquant et investi, veilleur réveillé.

Pourquoi et comment avez-vous commencé à participer aux veillées?

Je n’ai pas eu une éducation à la manifestation, et j’ai un profond respect pour la démocratie tant que celle-ci reste juste, et notamment (surtout) vis à vis des plus faibles. Le manque d’écoute dont a fait preuve notre gouvernement au moment des débats sur la Loi Taubira, m’a fait prendre conscience que notre combat est plus juste et surtout plus noble que beaucoup d’autres manifestations (comme celles pour le pouvoir d’achat, l’âge de la retraite,…, qui peuvent elles aussi être justes et nobles, etc..), parce que nous ne luttons pas pour nous mêmes, mais pour un plus faible que nous, pour les enfants à naître…. Nous ne revendiquons RIEN pour nous même. Ce combat étant donc si différent des autres, j’ai pensé qu’il ne fallait pas le mener comme les autres. Le mouvement pacifique des veilleurs est selon moi le juste moyen. Il ne recherche pas la lumière des médias, mais souhaite être le début d’une lumière au cœur de nos contemporains.

Ces veillées ont-elles changé quelque chose en vous, pour vous, au quotidien? En quoi?

Oui. J’y suis allé, comme beaucoup, je crois, pour voir… J’ai vu, et je suis revenu (veni, vidi, …). Aux veillées, nous veillons, mais nous prenons également l’engagement que notre réflexion, notre soif de vérité, notre émerveillement pour le beau, ne s’arrête pas à minuit ou 1h00 du matin à la fin des veillées. Nous nous engageons (engagement moral – le plus beau, puisque le plus profond et le plus personnel) à nous former, à nous instruire, à nous ouvrir, à ce que notre combat soit quotidien. Je lis, j’écoute, je débats avec les personnes qui n’ont pas le même avis que moi (avec le plus profond respect pour eux: nous avons le droit de ne pas être d’accord). Je participe également à toutes les veillées parisiennes, à quelques unes en province quand cela m’est possible. J’essaye de faire en sorte que cela n’ait pas trop d’impact sur ma famille (fatigue, irritabilité,…), mais ce n’est pas toujours facile. Dans mon cercle proche, beaucoup trouvent mon engagement fort et louable, mais ils pensent aussi souvent que c’est voué à l’échec, et que ça ne durera pas…. Parfois, ça me fait un peu mal, de ne pas être tout à fait compris de mes proches, mais je me dis, que c’est par mon exemplarité que je pourrai les convaincre…

Avez-vous des faits particuliers à raconter?

Des faits particuliers, j’en ai quelques uns:

1) Quand je viens aux veillées, je ne m’assois jamais à coté de quelqu’un que je connais, non pas que je ne le veux pas, mais, je m’installe sans y réfléchir, parce qu’a priori, cela n’a pas d’importance. Or, à chaque veillée, nous échangeons nos prénoms avec nos voisins directs. C’est comme cela que j’ai rencontré, pour une soirée, ou pour plus longtemps, un grand nombre de très belles personnes (de tous horizons, de tous âges – le plus souvent jeunes quand même -, de tout milieu, de toute religion, homme ou femme). Toute proportion gardée, ce sont autant de petites lumières qui m’aident à veiller pour les veillées suivantes, quand la fatigue ou le découragement peuvent m’atteindre. Je me dis que je ne suis pas tout seul, et qu’à la prochaine veillée je rencontrerai quelques amis veilleurs dont j’ignore encore l’existence.

2) Par ailleurs, nous demandons souvent aux veillées, qui vient pour la première fois, et qui est déjà venu à au moins une veillée. C’est toujours pour moi une grande joie de voir qu’il y a régulièrement 15 à 20% de nouveaux veilleurs. Notre combat porte ses fruits. Je pense que le nombre n’est pas très important (cela ressemble trop aux autres formes de combat, bataille de chiffre sur le nombre de manifestants, pressions du plus grand nombre, …) ; ce qui compte c’est la détermination de chacun. Lors de l’affaire Dreyfus, qui a secoué la République française à la fin du XIXème et au début du XXème, il a fallu environ 13 ou 14 ans de combat par une poignée de convaincus déterminés. Ils se sont battus contre le reste de la société. Ils ont été insultés, bafoués, parfois condamnés à des peines de prison. Mais leur combat a été récompensé, parce qu’il était juste, parce qu’il défendait la Vérité. Aujourd’hui, je défends la Vérité, et si cela doit durer 13 ans, si je dois me faire insulter pour Elle, si même je me retrouve condamné à tort, alors je crois que j’accepterais ce sort (j’espère tout de même ne pas avoir à subir tout cela, mais qui sait…)

3) Un jour, en déplacement en province, je sortais de l’hôtel, avec mon patron et mon client pour aller dîner. En nous rendant au restaurant, nous passons devant la Cathédrale de cette ville, et je vois un groupe d’une quinzaine de veilleurs assis sur la place, sous la pluie. Ils n’avaient pas de micro, il faisait froid, il pleuvait, mais ils veillaient… Je ne pouvais pas passer sans rien faire. J’ai laissé là mon patron, et mon client, et je les ai rejoints… Ca a été l’une des veillées ou je me suis senti le plus à ma place, paradoxalement. Je ne connaissais pas les animateurs, ni mes voisins, mais nos convictions communes, le courage de ces gens, qui se réunissent à 15, malgré les intempéries, parce que ce combat est ô combien plus important qu’un rhume ou un jeans sali…, tout cela a fait que je me suis senti « en famille ». Le lendemain, il a tout de même fallu expliquer à mon client et mon patron, mon geste de la veille. Je leur ai expliqué mes convictions, mes idées, mon combat, sans avoir l’intention de faire du prosélytisme. Ils m’ont écouté, ils m’ont compris, et ne m’ont pas jugé, ils étaient même plutôt admiratifs. Le reste de la journée, ils vérifiaient tout de même si j’étais toujours bien concentré après ma très courte nuit…

4) Les plus beaux faits particuliers restent bien sûr à venir, mais, ceux-là, laissons leur le temps de s’organiser, et de venir nous prendre par surprise…

@cylulle

Licence Creative Commons
« J’ai laissé là mon patron, et mon client, et je les ai rejoints… » de @cylulle est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 4.0 International.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s